Le Monde De Selenia Index du Forum
Le Monde De Selenia Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Jésus, j'ai peur...
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Monde De Selenia Index du Forum -> La Cité interdite -> L'imagination -> L'écriture
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Avant que l'ombre...
Modo : Arthur
Modo : Arthur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2007
Messages: 17 187
Date de naissance: 04/07/1988
Localisation: Metz
Sexe: Masculin
Signe du Zodiaque: Cancer (21juin-23juil)
龍 Dragon

MessagePosté le: Mer 11 Juil 2007 - 18:17    Sujet du message: Jésus, j'ai peur... Répondre en citant

Que veux-tu, chacun ses goûts Je ne peux pas t'obliger à aimer ce que j'écris
__________________________________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Publicité






MessagePosté le: Mer 11 Juil 2007 - 18:17    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
DeRNieR-SouRiRe
Admin : Sélénia
Admin : Sélénia

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2007
Messages: 16 994
Date de naissance: 27/03/1976
Localisation: Dans les nuages
Sexe: Féminin
Signe du Zodiaque: Bélier (21mar-19avr)
龍 Dragon

MessagePosté le: Jeu 12 Juil 2007 - 01:33    Sujet du message: Jésus, j'ai peur... Répondre en citant

ca c'est clair! personne ne peut m'obliger à faire ce que je ne veux pas faire de toute façon!
__________________________________________


www.devant-soi.com

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Avant que l'ombre...
Modo : Arthur
Modo : Arthur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2007
Messages: 17 187
Date de naissance: 04/07/1988
Localisation: Metz
Sexe: Masculin
Signe du Zodiaque: Cancer (21juin-23juil)
龍 Dragon

MessagePosté le: Jeu 12 Juil 2007 - 18:23    Sujet du message: Jésus, j'ai peur... Répondre en citant

De même que personne ne peut m'imposer un style et une atmosphère
__________________________________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
DeRNieR-SouRiRe
Admin : Sélénia
Admin : Sélénia

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2007
Messages: 16 994
Date de naissance: 27/03/1976
Localisation: Dans les nuages
Sexe: Féminin
Signe du Zodiaque: Bélier (21mar-19avr)
龍 Dragon

MessagePosté le: Ven 13 Juil 2007 - 00:05    Sujet du message: Jésus, j'ai peur... Répondre en citant

on ne peut pas faire une réflexion sans que tu te sente agressé! tu es vraiment incroyable Nico! :non:
__________________________________________


www.devant-soi.com

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Avant que l'ombre...
Modo : Arthur
Modo : Arthur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2007
Messages: 17 187
Date de naissance: 04/07/1988
Localisation: Metz
Sexe: Masculin
Signe du Zodiaque: Cancer (21juin-23juil)
龍 Dragon

MessagePosté le: Ven 13 Juil 2007 - 19:25    Sujet du message: Jésus, j'ai peur... Répondre en citant

Mais je ne me suis pas du tout senti agressé, pas de panique, Cathy, c'était une simple remarque, no stress
__________________________________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
DeRNieR-SouRiRe
Admin : Sélénia
Admin : Sélénia

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2007
Messages: 16 994
Date de naissance: 27/03/1976
Localisation: Dans les nuages
Sexe: Féminin
Signe du Zodiaque: Bélier (21mar-19avr)
龍 Dragon

MessagePosté le: Ven 13 Juil 2007 - 22:31    Sujet du message: Jésus, j'ai peur... Répondre en citant

t'inquiètes je ne vais pas stresser pour ca!
__________________________________________


www.devant-soi.com

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
MéLuSiNe
Sélénia2
Sélénia2

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2007
Messages: 6 203
Date de naissance: 09/08/1983
Localisation: UnderWorld
Sexe: Féminin
Signe du Zodiaque: Lion (24juil-23aoû)
猪 Cochon

MessagePosté le: Sam 14 Juil 2007 - 13:20    Sujet du message: Jésus, j'ai peur... Répondre en citant

C'est vraiment passionant
__________________________________________
Revenir en haut
Avant que l'ombre...
Modo : Arthur
Modo : Arthur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2007
Messages: 17 187
Date de naissance: 04/07/1988
Localisation: Metz
Sexe: Masculin
Signe du Zodiaque: Cancer (21juin-23juil)
龍 Dragon

MessagePosté le: Dim 15 Juil 2007 - 17:12    Sujet du message: Jésus, j'ai peur... Répondre en citant

Merci beaucoup, Mélusine

Je vous mets la suite, je viens de l'écrire !

Chapitre IV –
Monologues



L’air était frais dans l’immense parc où Mylène se promenait en compagnie de son petit protégé. Elle rabattit son écharpe sur sa nuque puis se remit à avancer ; tous deux avaient profité d’une légère accalmie dans une journée pluvieuse pour admirer le paysage, les saules pleureurs qui laissaient retomber leur épaisse frondaison à la surface d’une petite mare entourée de bancs,… Le gravier fin qui recouvrait la cour face à l’entrée principale crissait sous la pression des talons de la diva à la chevelure rousse et des roues du fauteuil qu’elle poussait. Une légère brise la fit frissonner, et elle boutonna tout en marchant son trois-quarts en velours, méditative. La discussion de deux visiteurs qui se dirigeaient vers la clinique, probablement des parents venant rendre visite à leur enfant, la fit sortir de ses songes. Elle se dirigea alors vers le petit étang qui agrémentait le vaste parc de l’hôpital et s’assit en face du jeune Richard. Le garçon était distrait par le bruit du vent dans les feuilles des hêtres et des chênes rouvres, puis il porta ses regards vers un groupe d’hirondelles qui, surprises par ces giboulées interminables en plein mois d’avril, tentaient de se réfugier dans un des nids artificiels fabriqués par les pensionnaires de la clinique durant l’hiver.

« Ca va, Richard ? »

Le petit garçon acquiesça par un signe de la tête, puis il lui sourit et se retourna, captivé par le vol d’un papillon aux couleurs vives et à la trajectoire erratique. Cet insecte semblait illuminer son visage mieux que mille soleils d’été, et il passa de longues minutes à l’observer, cherchant à le saisir mais n’y parvenant jamais.

« Il est beau, n’est-ce pas ? demande Mylène, ravie par ce spectacle simple et émouvant. Je pense qu’il va y en avoir de plus en plus, les beaux jours reviennent, Richard. »

Il ne l’écoutait pas, trop préoccupé par ce superbe papillon. Mylène le laissa quelques instants à ses rêveries et regarda sa montre : onze heures pile. Benoît devait venir la chercher en voiture une demi-heure plus tard, il l’attendrait devant les grilles de l’hôpital. Elle était vraiment heureuse parmi ces enfants ; ils se sentaient seuls, totalement enfermés dans une prison imaginaire, et elle savait qu’elle pouvait leur apporter un peu de réconfort et d’amour. Le petit Richard était particulièrement adorable ; ses troubles autistiques avaient été diagnostiqués dès sa plus tendre enfance, et si ce malheureux accident de la route n’était pas survenu, il aurait encore l’usage de la parole et de ses jambes. Il lui fallait quelqu’un pour lui parler, pour lui manifester de l’attention, surtout lui parler normalement et simplement, comme s’il était capable de répondre et de tenir une petite conversation ; elle était persuadée que cette attitude pouvait le faire progresser et l’éveiller davantage. Depuis toutes ces années qu’elle se rendait à Garches, seule ou accompagnée de sa mère et de ses frères et sœurs, elle avait noué des liens si ténus avec plusieurs de ces pensionnaires qu’elle ne pouvait plus se passer de sa visite hebdomadaire. Lorsqu’elle partait en voyage pour plus d’une semaine, Richard et Clara, une autre petite autiste, lui manquaient terriblement ; ils la comprenaient vraiment, ils était comme elle, coupés du monde et pourtant si désireux de s’ouvrir à l’autre. Quelques larmes coulèrent le long de ses joues ; elle les essuya négligemment, puis regarda Richard qui avait perdu le papillon des yeux. Elle lui sourit avec une grande bienveillance, et l’enfant lui rendit la pareille. La chanteuse sursauta brusquement, elle venait d’entendre une voix familière ; elle se retourna.

« Mademoiselle Gautier ! »

C’était Madame Delaroche, la directrice de la clinique, accompagnée d’une des infirmières du centre hospitalier.

« Mademoiselle Gautier, je vous remercie vraiment pour votre visite aujourd’hui, mais une infirmière doit s’occuper de Richard, maintenant. Il faut qu’il voie le médecin.
- Bien sûr, excusez-moi, je lui dis juste au revoir, je ne savais pas qu’il était déjà l’heure.
- Mais il n’y a pas de mal, Mademoiselle Gautier. »

Mylène s’agenouilla pour se mettre au niveau du garçonnet et lui prit la main tendrement :

« Je vais devoir te laisser, Richard, mais ne t’en fais pas, je reviendrai bientôt, d’accord ? »

Il ne réagit d’abord pas, puis la serra dans ses bras du plus fort qu’il put ; ils restèrent dans cette position durant de trop courtes secondes. Elle lui transmettait toute sa tendresse, espérant qu’elle pourrait de nouveau se promener avec lui le dimanche suivant, si le temps le permettait. Dans le cas contraire, elle irait jouer avec lui dans sa chambre ; elle allait lui acheter un petit cadeau, elle ignorait encore quoi, mais elle trouverait, c’était certain. Puis elle cessa de l’étreindre et il imita son mouvement ; l’infirmière se plaça derrière le fauteuil roulant, enleva la sécurité et l’emmena en direction du bâtiment principal. Lorsqu’ils furent passés derrière la grande haie de thuyas, et que Mylène ne fut plus en mesure de les suivre du regard, elle prit son sac à main, qu’elle avait laissé sur le banc.

« Vous êtes vraiment formidable avec ce petit, Mademoiselle Gautier.
- Je fais de mon mieux, vous savez, Richard me rappelle désespérément un autiste avec lequel ma mère me « forçait » à jouer pendant mon enfance. Au départ, j’avais vraiment peur de lui, comme s’il était porteur d’une maladie contagieuse. Lorsqu’il me lançait ce satané ballon, avec un grand sourire franc, je n’osais pas le prendre, j’avais peur de je ne sais quels germes… Et puis j’ai fini par l’apprécier, par m’habituer à son regard, puis par l’aimer. Ca m’a vraiment déchiré le cœur lorsque j’ai su que ses parents l’avaient retiré du centre.
- C’est vraiment gentil de votre part d’être revenu ici pour vous occuper de Richard et de Clara, surtout depuis qu’ils n’ont plus leurs parents. Vous leur faites vraiment du bien, vous savez, Mademoiselle Gautier.
- Madame Delaroche, répondit-elle, l’air badin, je vous ai déjà dit cent fois que vous pouviez m’appeler Mylène…
- Excusez-moi… Mylène, je n’arrive pas facilement à tutoyer les gens. Mais c’est vrai que je vous connais depuis quelques temps déjà. Appelez-moi Annie, vous aussi, et nous serons quittes !
- D’accord… Annie.
- Vous revenez, la semaine prochaine ?
- Je n’en sais rien, vous voyez, j’ai un emploi du temps extrêmement chargé en ce moment, et…
- Je comprends, ne vous en faites pas, Mylène. Vous êtes de toute façon la bienvenue ici, quel que soit le jour où vous ne rendiez visite !
- Je vous remercie, Annie.
- Mais c’est moi qui vous remercie, je ne sais pas comment nos pensionnaires se sentiraient sans votre présence rassurante.
- Vous allez me faire rougir, Annie ! lâcha son interlocutrice, riant bien malgré elle. »

Un avertisseur sonore retentit au loin, à l’extérieur du parc. Mylène se retourna, surprise, pour savoir
d’où il venait. Elle distingua malgré la distance la silhouette de Benoît, à l’extérieur de sa berline, qui l’attendait devant les grilles de la clinique, comme convenu.

« Excusez-moi…je dois y aller. Je tâcherai de revenir dans la semaine ! Je vous préviens de toute façon, d’accord ?
- Pas de problème, Mylène ! A la semaine prochaine !
- Au revoir ! »

Elle se mit à courir en direction de Benoît, elle était vraiment heureuse de le revoir après une absence de
trois semaines : il était parti à Londres pour affaires, et elle n’avait pu lui parler au téléphone que deux ou trois minutes chaque soir. Il était très occupé par son travail, ces derniers temps, il avait semblait-il un gros projet d’animation avec son frère Christophe, et il fallait convaincre d’importants mécènes anglo-saxons d’investir dans un film en trois dimensions pour le grand public. Lorsqu’elle arriva à son niveau, elle se jeta dans ses bras et l’embrassa très longuement. Puis ils rentrèrent dans la voiture, et Benoît démarra.

« Alors, ton voyage à Londres, mon chéri ?
- Une catastrophe totale ! répondit-il, l’air détaché. Christophe a débarqué en retard à la réunion de promotion, les Anglais n’ont pas apprécié, les Australiens ont trouvé ça très peu professionnel et les Américains ont préféré quitter la salle sans attendre les négociations.
- Dis donc, ça ne rigole pas, pour un retard de cinq minutes !
- Il avait plus d’une heure de retard, j’ai dû meubler comme j’ai pu, c’est lui qui avait tous les documents.
- Ah, je vois…
- Mais écoute, ça ne fait rien, nous n’avions pas encore de billes dans le projet, rien n’est perdu et je suis trop content de te revoir. Ton album, ça avance, mon cœur ?
- Parlons d’autre chose, si tu veux bien…
- Ah, je vois… dit-il en imitant la mine dépitée qu’il avait perçu sur le visage de Mylène quelques secondes auparavant. Ca ne va pas ? Qu’est-ce qui se passe ?
- C’est tellement difficile… J’ai réussi à écrire quatre textes réellement intéressants, les autres, je les ai jetés à la poubelle, ils ne valent rien. Et Laurent… »

Elle s’arrêta de parler subitement et baissa les yeux au sol, ne sachant s’il fallait poursuivre cette
conversation. C’était trop tard, elle en avait trop dit… ou pas assez.

« Et Laurent ? s’impatienta Benoît, qui s’arrêtait pour laisser passer une femme avec un landau sur un passage clouté.
- Et Laurent est à la recherche d’un tube.
- Et il est infumable, comme d’habitude ?
- Ne sois pas trop dur avec lui, il fait de son mieux, mais c’est un perfectionniste…
- Je t’en prie, ne me sors pas cette rengaine toutes les cinq minutes, je la connais, la chanson !
s’exclama-t-il, visiblement énervé.
- Evidemment, que tu la connais, la chanson, je suis toujours obligé de te la chanter, tu ne m’écoutes jamais et tu te permets de le juger comme si tu le connaissais par cœur. répondit-elle sur un ton qui n’admettait pas la réplique.
- Ah ne commence pas à le défendre, on dirait qu’il passe toujours avant notre couple, ça commence à me mettre hors de moi ! dit-il en haussant le ton.
- Le voilà le fin mot de l’histoire : tu es jaloux de lui ! Je savais bien qu’il y avait une vague rancœur derrière tout ça, mais c’est mieux que tu l’avoues de ta propre initiative. »

Piqué au vif, Benoît freina brutalement en plein milieu d’une rue, alors qu’ils étaient suivi par plusieurs
autres véhicules.

- Je ne suis pas jaloux de lui, n’invente pas mes sentiments.
- On ne dirait pas.
- Tu sais très bien ce que j’en pense, Mylène, ne me force pas à l’expliquer encore une fois.
- Non, je n’en sais rien, justement ! Tu ne me dis jamais ce que tu « en penses » ! hurla-t-elle.
- Eh bien je vais te le dire : il entretient depuis trop d’années cette foutue fascination intellectuelle que tu as pour la mélancolie et le mal de vivre ! Il te pourrit la tête avec des idées morbides, il sait que tu as un grand talent de même qu’il sait pertinemment que tu as une inclination naturelle pour le lugubre et le glauque, mais il se fout des effets ravageurs que ça peut avoir sur toi ! Tout ce à quoi il s’intéresse, c’est à ses putains de tubes ! Il a fait de toi une espèce de produit commercial ! »

Mylène le regarda, l’air gave et réprobateur. Elle était profondément déçue par ses paroles.

« Tu parles comme tous mes détracteurs. Si je suis tombée amoureuse de toi, c’est parce que tu me semblais différent des autres, meilleur que tous ces pantins de foire qui m’adulent quand je vends des albums et ignorent jusqu’à mon existence lors de mes longs passages à vide. Je ne vois plus ce que nous avons à faire ensemble si tu te mets à me tenir le même discours qu’eux. »

Derrière eux, des avertisseurs sonores retentissaient depuis un petit moment ; les automobilistes s’impatientaient, l’un d’eux était même sorti de son véhicule et toqua à la vitre de Benoît.

« Un problème, mon vieux ?
- Pas du tout, nous allons redémarrer.
- J’espère bien, on ne bloque pas la circulation comme ça ! »

Il referma sa vitre électrique et passa la première vitesse. Un long silence très pesant suivit leur
altercation ; il sentait qu’il était allé trop loin dans sa pensée, qu’il s’était laissé débordé par ses sentiments. Quant à elle, elle regrettait amèrement de lui avoir parlé ainsi, elle l’aimait toujours, elle l’aimait plus que jamais, elle redoutait tant de le perdre. Mais elle ne savait pas comment renouer le dialogue avec lui. Lorsqu’ils s’engagèrent sur le boulevard périphérique, elle se mit à fredonner avec sa voix la plus douce :

« When the night has come… and the land is dark… And the moon is the only light we’ll see…
- Comment pourrais-je résister à ça, ma chérie… Je ne voulais pas te dire ça, je ne sais pas ce qui m’a pris…
- Chut, Benoît, je m’excuse aussi… Tu es tout pardonné. Je préfère que nous parlions d’autre chose, d’accord ? »

Et la voiture fila sur la voie rapide.
__________________________________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
L'Ame Stram Gram
Modo : Arthur
Modo : Arthur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2007
Messages: 4 653
Date de naissance: 11/04/1978
Localisation: Marne
Sexe: Féminin
Signe du Zodiaque: Bélier (21mar-19avr)
馬 Cheval

MessagePosté le: Dim 15 Juil 2007 - 17:53    Sujet du message: Jésus, j'ai peur... Répondre en citant

Toujours aussi bien Nico
__________________________________________


MylBisousXXL - CristL
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Avant que l'ombre...
Modo : Arthur
Modo : Arthur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2007
Messages: 17 187
Date de naissance: 04/07/1988
Localisation: Metz
Sexe: Masculin
Signe du Zodiaque: Cancer (21juin-23juil)
龍 Dragon

MessagePosté le: Dim 15 Juil 2007 - 18:34    Sujet du message: Jésus, j'ai peur... Répondre en citant

Mici Christelle
__________________________________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
DeRNieR-SouRiRe
Admin : Sélénia
Admin : Sélénia

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2007
Messages: 16 994
Date de naissance: 27/03/1976
Localisation: Dans les nuages
Sexe: Féminin
Signe du Zodiaque: Bélier (21mar-19avr)
龍 Dragon

MessagePosté le: Lun 16 Juil 2007 - 02:29    Sujet du message: Jésus, j'ai peur... Répondre en citant

y'a combien de chapitres encore?
__________________________________________


www.devant-soi.com

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Avant que l'ombre...
Modo : Arthur
Modo : Arthur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2007
Messages: 17 187
Date de naissance: 04/07/1988
Localisation: Metz
Sexe: Masculin
Signe du Zodiaque: Cancer (21juin-23juil)
龍 Dragon

MessagePosté le: Lun 16 Juil 2007 - 20:13    Sujet du message: Jésus, j'ai peur... Répondre en citant

Aucune idée, je n'ai pas prévu le nombre. Pourquoi, tu as hâte que ça se termine ?
__________________________________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
DeRNieR-SouRiRe
Admin : Sélénia
Admin : Sélénia

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2007
Messages: 16 994
Date de naissance: 27/03/1976
Localisation: Dans les nuages
Sexe: Féminin
Signe du Zodiaque: Bélier (21mar-19avr)
龍 Dragon

MessagePosté le: Mar 17 Juil 2007 - 03:56    Sujet du message: Jésus, j'ai peur... Répondre en citant

non c'était une simple question de curiosité personnelle!
__________________________________________


www.devant-soi.com

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:06    Sujet du message: Jésus, j'ai peur...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Monde De Selenia Index du Forum -> La Cité interdite -> L'imagination -> L'écriture Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com